Géographie de la Turquie : les leviers de sa puissance

drapeau de la Turquie

drapeau de la Turquie

Après l’histoire de la Turquie, je vous propose de nous pencher sur sa géographie qui lui donne une place très particulière dans le monde avec des atouts importants. Le drapeau de la Turquie a été adopté en 1844. La première utilisation du design du drapeau actuel remonte à 1793. Les derniers changements apportés au drapeau de Turquie actuel remontent à 1936.

Géopolitique

  • La Turquie, trait d’union (ou de désunion?) entre l’Europe, le Moyen-Orient et le Caucase :

Présence dans les institutions de l’Europe
Le 22/02/1945, opportuniste, la Turquie déclare la guerre à son allié traditionnel l’Allemagne. Elle gagne ainsi sa présence à la création de l’ONU. En 1947, elle signe des accords de coopération avec les USA et bénéficie du plan Marshall. En 1950, elle rentre au conseil de l’Europe et elle devient membre de l’OTAN en 1952. Une base militaire US y est encore installée mettant la Russie à portée des missiles US
Défiance des pays du  Moyen-Orient
Le souvenir de l’empire Ottoman imprègne les relations avec les pays arabes voisins, nostalgie d’un côté et, de l’autre, méfiance teintée d’aversion. Ces relations ambigües sont encore alourdies par la présence morale de la France et de la Grande-Bretagne auxquels ces pays arabes avaient été confiés (régime du protectorat). Pour ce qui nous concerne, la France a une influence régionale importante qui dérange bien le président Erdogan.
Interventionniste dans le Caucase
Ici aussi le souvenir de l’empire Ottoman imprègne les relations entre états. La Turquie et la Russie se disputent leur influence sur le Caucase.

pomme de discorde

le haut-Karbagh, une pomme de discorde

Prenons l’exemple du Haut-Karabagh, petite république auto proclamée, ce territoire est essentiellement peuplé d’arméniens. Arménie et Azerbaïdjan se le disputent : « J‘avais dit qu’on chasserait (les arméniens) de nos terres comme des chiens et nous l’avons fait » (psdt de l’Azerbaïdjan Ilham Aliev). La première est plus petite et la seconde est manipulée et armée par la Turquie. La géographie de la Turquie place l’Arménie en tenaille avec l’Azerbaïdjan.  Le déséquilibre du rapport de force est encore accentué par la livraison d’armes efficaces par Israël qui dépend pour beaucoup du pétrole de Bakou. Le conflit tourne inéluctablement au détriment de l’Arménie. C’est alors que la Russie impose un cessez le feu reléguant ainsi la Turquie, jusqu’alors maître du jeu, à un rang de puissance subalterne.
Ce cessez le feu met également fin à une « guerre de religion » : « Le haut Karabagh redevient un pays de l’islam et reprend sa place sereine à l’ombre du croissant » (Pdt Erdogan)

  • La géographie de la Turquie la place à la croisée des chemins du gaz et du pétrole

Bordée au nord par la mer noire et au sud par la méditerranée, la Turquie dispose de 7200km de côtes.

les enjeux du gaz et du pétrole

la Turquie : enjeux pétroliers et gaziers

Elle conteste vigoureusement les limites de sa ZEE pour l’heure mal définies (voir la carte) avec la république de Chypre (membre de l’UE) . Cette contestation est d’autant plus forte que cette partie de la méditerranée est très riche en gaz. Certains gisements sont actuellement en exploitation. La Turquie fait monter la pression en envoyant des batiments  de guerre escorter un navire d’exploration turc. Des incidents avec la frégate Courbet ont fait récemment la une  des journaux spécialisés. Le porte avion Charles de Gaulle a également fait une escale remarquée à Chypre (Honi soit qui mal y pense)

1936 la convention de Montreux confie la garde du Bosphore (et du détroit des Dardanelles) à la Turquie au grand dam de Staline, la Russie a toujours voulu conserver un accès sur aux mers chaudes ( l’affaire de la Crimée en est la manifestation récente). La capacité turque de vérouiller les détroits indispensables à la flotte Russe a plaidé pour l’accès de la Turquie dans l’OTAN.

Géographie physique

  • Des paysages variés

La Turquie (pour sa partie orientale) est un grand plateau  (climat continental : peu de pluies +40°c à -40°C – Anatolie et Cappadoce) bordé au nord par la chaine pontique (voir la carte) très  pluvieuse et au sud par les monts Taurus qui présente un climat méditerrannéen. La frontière est également montagneuse (mont Ararat 5166m est le plus haut sommet turc).

  • Le château d’eau du Moyen Orient

le chateau d eau du Moyen-Orient

La Turquie est l’un des pays sismiquement les plus actifs au monde. La région montagneuse à l’est est la source de nombreux cours d’eau (le Tigre et l’Euphrate) qui irriguent bon nombre de pays du moyen orient (Syrie, Iran, Irak). A des fins agricoles et énergétiques la Turquie a établit plusieurs barrages et développe plusieurs projets qui alimentent les tensions avec les pays voisins du Moyen-Orient.

Population

La population turque est forte de 80 millions d’âmes. C’est pays jeune (moyenne d’age 31,4 ans) et en forte croissance démographique (1,3% par an). A elle seule Istambul  compte 12 millions d’habitants. La population turque est homogène si l’on excepte 7% de kurdes. La politique démographique est marquée par :

1 – L’épuration ethnique

L’histoire de la Turquie est jalonnée de progroms, de génocide (non reconnu) et de déplacements forcés de population. Si l’histoire retient surtot le génocide arménien, grecs, chypriotes et kurdes gardent dans leur mémoire collective le souvenir des  souffrances engendrées par cette politique.

2 – Une forte émigration

L’émigration de Turquie revêt un caractère continu, dynamique et contemporain. Aujourd’hui, les migrants de Turquie sont près de 3,5 millions en Europe, dont plus de deux millions en Allemagne, environ 300 000 en France et 100 000 en Belgique. Même si des particularités nationales se font jour, l’ensemble des migrants de Turquie en Europe conservent un attachement matériel et symbolique à la « communauté d’origine ».
A noter la forte émigration kurde depuis 1990 quand l’armée turque a commencé la destruction systématique des villages kurdes qui résistaient à la politique d’Ankara.
En France, la communauté turque est travaillée par les activistes pro Erdogan ( les loups gris aujourd’hui dissous) qui s’affrontent régulièrement violemment avec les communautés arménienne et kurdes (évènements de Dijon).
La forte communauté turque en Allemagne explique peut-être la prudence de cette dernière que l’on peut considérer comme timorée dans la lutte contre l’expansionisme de la Turquie actuelle.

La géographie de la Turquie : les leviers de sa puissance

La géographie de la Turquie lui confère un pouvoir d’influence considérable sur l’Europe, le Moyen-Orient , les pays du Caucase et la Russie. elle contrôle l’accès aux mers chaudes de la Russie,  et les approvisionnement en eau du Moyen-Orient, sa population est jeune, homogène (exceptés les 7% de kurdes), alliée avec l’Azerbaïdjan (« un peuple deux états » président Erdogan) et au carrefour des voies du gaz et du pétrole, la Turquie a un pouvoir d’influence considérable alors que sa diaspora en Europe est un outil de pression qu’il ne faut pas sous-estimer.
Elle en use et en abuse : jusqu’à quand?

Ce contenu a été publié dans Garder le cap, Mondialisation. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Géographie de la Turquie : les leviers de sa puissance

  1. alice lafont dit :

    Merci pour cet excellent article:
    Merci pour votre travail de « labourage en profondeur »..
    je déteste quand même l intransigeance islamique des Turcs…
    Bonjour à votre épouse et à vous même,
    salutations
    alice-victoria Lafont

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.