Dictionnaire du vocabulaire tendance

Signe de l’agitation fébrile qui agite notre société, le vocabulaire  s’enrichit de nouveaux termes un peu snob qu’il est bon de connaitre. Voici un florilège de la  pensée actuelle qui s’éloigne du « simple is beautiful »

Bien-pensance :

désigne l’opinion et le comportement des personnes bien-pensantes, « dont les idées sont conformistes »1 et soumises au politiquement correct (wikipedia)

Cancel culture (culture de l’annulation) :

ou call-out culture (culture de la dénonciation), est une pratique née aux États-Unis consistant à dénoncer publiquement, en vue de leur ostracisation, les individus ou les groupes responsables d’actions ou de comportements perçus comme problématiques1. Cette pratique, avatar du politiquement correct, qui se rencontre dans le monde physique et sur les médias sociaux, suscite la controverse (wikipedia)

Essentialiser :

(absent des dictionnaire de l’académie française et du Larousse)
en philosophie, donner une essence à une existence (Universalis.fr)
Existence : pouvoir essentialiser le réel. Ce fut son illusion. L’essence n’est jamais que seconde, et c’est l’existence […] qui est première ». Cette « erreur » platonicienne fut reprise par les Pères de l’Église, qui intégrèrent dans leur conception de la Création la thèse essentialiste.(Universalis.fr)

Indigènisme :

Mouvement politico-social qui s’est développé vers les années 1920 en Amérique latine, notamment dans les pays andins, pour plaider la cause des masses indigènes opprimées par le système semi-féodal hérité de la colonie. (Son grand théoricien fut J. C. Mariátegui. Ses principaux représentants sont Alcides Argüedas, Jorge Icaza, Ciro Alegría et José María Arguedas.)

Ensemble de doctrines et de politiques qui insistent sur le rôle primordial de la civilisation indienne en Amérique latine. (Wikipedia)

Intersectionnalité :

(de l’anglais intersectionality) ou intersectionnalisme est une notion employée en sociologie et en réflexion politique, qui désigne la situation de personnes subissant simultanément plusieurs formes de stratification, domination ou de discrimination dans une société. (Wikipédia)

Mouvement identitaire :

La mouvance identitaire est un mouvement politique, une école de pensée ou un courant politique de l’extrême droite européenne apparu à la fin du XXe siècle. Elle met l’accent sur la défense des Européens, avec une vision ethnique et culturelle de la politique. (wikipédia)

Politiquement correct :

(anglicisme de politically correct ou political correctness) désigne, principalement pour la dénoncer, une attitude qui consiste à policer excessivement ou modifier des formulations parce qu’elles pourraient heurter certaines catégories de personnes, notamment en matière d’ethnies, de cultures, de religions, de sexes, d’infirmités, de classes sociales ou d’orientation sexuelle. (Wikipedia)

Racialisme :

Le racialisme est un courant de pensée distinct du racisme, apparu en Europe au milieu du XIXe siècle, qui prétend expliquer les phénomènes sociaux par des facteurs héréditaires et raciaux. Ce courant, lié à la théorie des races qui émerge au XVIIIe siècle, culminerait avec les travaux de Arthur de Gobineau, de Gustave Le Bon et Georges Vacher de Lapouge (Wikipedia)

Racisme systémique :

Le racisme systémique désigne l’ensemble de la structure sociétale composée d’institutions, de lois et de politiques qui maintiennent un système d’inégalités qui privilégie et opprime différents groupes dans la société selon l’identité raciale qui leur est attribuée. Ces inégalités confèrent des privilèges aux personnes blanches et portent atteinte aux droits des personnes racisées et autochtones (Amnistie International)
Ce processus n’est pas toujours intentionnel et il ne signifie pas nécessairement que le personnel de l’organisme est raciste à titre individuel. Bien au contraire, la notion de racisme systémique implique que même si personne n’est consciemment raciste dans une institution, elle peut quand même opprimer les personnes racisées et autochtones.(Amnistie International)

Résilience :

La résilience est un phénomène psychologique qui consiste, pour un individu affecté par un traumatisme, à prendre acte de l’événement traumatique de manière à ne pas, ou plus, vivre dans le malheur et à se reconstruire d’une façon socialement acceptable.(wikipedia)

Sérendipité

La sérendipité désigne, dans son sens le plus large, le don de faire, par hasard et sagacité, une découverte inattendue et fructueuse, notamment dans le domaine des sciences.(wikipedia)

Woke :

Apparu dans le vocabulaire français très récemment, le mot woke est un terme apparu durant les années 2010 aux États-Unis, pour décrire un état d’esprit militant et combatif en faveur de la protection des minorités et contre le racisme. Il dérive du verbe wake (« réveiller »), pour décrire un état d’éveil face à l’injustice (wikipedia).
Si la définition recueille l’assentiment de la plupart, des dérives extrémistes sont apparues qui ne recueillent pas forcément les suffrages.

Ce contenu a été publié dans Garder le cap, Mondialisation, Société. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Dictionnaire du vocabulaire tendance

  1. SALLE dit :

    Bonjour et bravo.
    Ne faut-il pas ajouter résilience, vu que ce mot inemployé il y a encore peu d’années entre désormais dans toutes les phrases de ceux qui prennent la parole ou la plume ?
    Amitiés saint-cyriennes.

  2. JEAN-MICHEL MARINO dit :

    Merci d’avoir constitué ce petit dictionnaire, qui permet de se retrouver sur les termes en vogue, qui malheureusement n’apportent pas grand progrès sur le fond.

    • jean-Claude RUSSIER dit :

      Je suis bien d’accord que le fond est un peu creux et que la forme ressemble à du charabia.
      Amitiés
      JCR

  3. RENAUD dit :

    merci pour ce digest des idées à la mode.
    Amicalement

  4. ZAMMIT Pierre dit :

    Merci pour cette piqûre de rappel ou d’apprentissage bien utile et complète.
    Amicalement
    Pierre

  5. SALIBA dit :

    Certains mots (abracadabrantesque, disruptif, quarteron), issus du discours politique, servent à marquer les esprits.
    Le vocabulaire présenté dans l’article (sauf résilience) appartient à la même famille de défense/promotion des minorités. La pugnacité des minorités se remarque de plus en plus mais ne doit pas s’analyser comme un effet de mode.

    • jean-Claude RUSSIER dit :

      Je pense qu’il s’agit bien d’un effet de mode dont tout le monde s’empare et chacun invente son propre vocabulaire. Ce foisonnement un tantinet brouillon brouille l’écoute. Cela ne pourra pas durer, seuls quelques mots survivront.
      Amitiès

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *