Le télétravail ? 2 modalités

Nous avons vu les avantages et les risques du télétravail dans un précédent article, il en ressort  2 types de risques (de sécurité et humain) qu’il faut absolument maîtriser faute de quoi on foncerait dans un brouillard épais ; échec assuré. Voici les modalités du télétravail :

Modalités pour maîtriser les risques de sécurité du télétravail

Il y a deux manières de procéder, par le besoin ou par les solutions :

  • par les solutions :
    cette méthode semble plus simple (« avec un VPN je suis tranquille… ») sauf qu’elle conduit à surdimensionner et multiplier les outils de sécurité, ce qui coute cher et ralentit les performances de l’informatique, elle laisse également des « trous dans la raquette »,
  • par le besoin :
    il faut alors faire une analyse assez pointue des besoins en sécurité. Que dois je dois protéger en terme de confidentialité, intégrité et de disponibilité des données et des traitements. Il faut alors confronter les besoins aux menaces (résultat des failles et des menaces.

Bien évidemment, la deuxième méthode offre de nombreux avantages : solutions techniques appropriées gage d’économie malgré un investissement  onéreux, elle oblige à se poser de bonnes questions.

Nous rappelons que la grande majorité des accidents de sécurité sont d’origine humaine, (négligence, perte, vol ….)

Et maintenant des conseils et des solutions

>pour les employés

  1. les consignes de sécurité à la maison sont aoolicables à la maison
  2. séparer les outils pro et personnels
  3. utiliser des mots de passe complexes et renouvelés fréquemment (chaque mois mois et demi)
  4. s’interdire les téléchargements qui ne sont pas cautionnés par l’entreprise
  5. faire les mises à jour de sécurité des appareils
  6. sécuriser les connexion WIFI
  7. équiper vos machines d’un antivirus
  8. attention aux mails, portes ouvertes sur la désinformation et les attaques de sécurité en tous genres

>pour les employeurs

  1. mettre en place des règles précises (charte)
  2. équiper les télétravailleurs d’un équipement ad hoc
  3. durcir la politique de sauvegardes (données et traitements)
  4. mettre en place un VPN (réseau privé virtuel) véritable tunnel sécurisé entre l’entreprise et un télétravailleur
  5. faire la chasse au télétravail « gris » c’est à dire informel qui échappe à la charte
  6. Contrôler l’application des mesures ci dessus et ne pas abandonner les télétravailleurs en matière de sécurité

Modalités pour maîtriser les risques humains du télétravail

L’entreprise comme les salariés ont grand intérêt à ce les modalités du télétravail soient clairement établies afin d’éviter les nombreux pièges qui jalonnent la mise en oeuvre du télétravail

HST :

  • adapter l’ergonomie :
    le travail hors des locaux de l’entreprise ne saurait excuser un poste de travail dépourvu du confort afférent au travail prolongé derrière un ordinateur (posture, vision …..)
  • disposer d’un espace dédié :
    L’environnement (les enfants particulièrement) ne doit pas perturber le télétravailleur. La concentration et/ou les appels visio ou téléphoniques (clientèle, visio conférence …) nécessitent un peu de solitude.

Les coûts :

Qui paye? est une question importante qui doit impérativement être réglée. Il s’agit de l’équipement (ordinateur, ligne, mobilier ….) et de l’usage (frais téléphoniques, toner, fournitures de bureau …)

Psychologie et société :

pyramide de MASLOW

pyramide de MASLOW

  • conserver le lien social
    est essentiel pour le salarié (besoin d’appartenance)
  • clarifier la gestion du temps
    qui peut (doit?) être adaptée à chacun. En effet, il s’agit de prendre en compte à la fois les impératifs de l’employeur et les contraintes du salarié
  • préciser les modalités de contrôle et de management (besoin de sécurité) :
    le contrôle des horaires (35 heures) n’a plus grand sens dans le cas du télétravail, il s’agit donc de trouver (au cas par cas) des moyens de mesure de la qualité et de la quantité du travail fourni (travail par objectifs). Attention, piège : la tendance naturelle et de définir des objectifs trop ambitieux, le droit à la déconnexion devient alors difficile à assurer.

Les modalités qui nous semblent essentielles

  • établir une charte écrite et signée par le télétravailleur (chacun est un cas particulier) et l’employeur
  • privilégier les espaces de co-working proches du domicile du salarié (les élus locaux devraient se sentir interpelés)
  • favoriser les opérations de cohésion et d’intégration
  • favoriser les solutions mixtes (présentiel et télétravail)

En conclusion

Il faut être au clair sur les attendus du télétravail. Le choix est simple entre :

Dans tous les cas, les règles de sécurité informatique devront être appliquées rigoureusement.

 

Quelques références

La prévention des risques du télétravail par « Officiel prévention »
teletravail-et-securite-informatique par Certigna
télétravail, conditions règlementaires et conventionnelles par la CCI Paris-idF

Remerciements

à Louis KOHN pour son aide et ses compétences

 

Ce contenu a été publié dans Garder le cap, Numérique, Société. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Le télétravail ? 2 modalités

  1. MARINO Jean-Michel dit :

    Il y a quelques années, une entreprise connue de moi autorisait les salariés à faire du télétravail au maximum 2 jours par semaine sous réserve d’accord hiérarchique. Il semble maintenant que les salariés ne soient admis à venir au bureau que 2 jours par semaine et doivent faire du télétravail pour le reste. Ce genre d’obligation devrait avoir comme contrepartie une indemnité correspondant à l’occupation « immobilière » des locaux privés dédiés.

  2. jean-Claude RUSSIER dit :

    Témoignage vécu dans une entreprise :
    « Dans ma boite, on a accès à un virtual computer auquel on accède via un portail sécurisé (vpn)
    On peut travailler de n’importe où et aucun lien entre l’ordi personnel que l’on utilise et cet ordinateur virtuel.

    On n’a plus le droit d’utiliser des clés usb.

    La grande difficulté que je vois dans le télétravail est qu’il faut trouver la bonne balance entre contacts virtuels et contacts réels.

    Et tout se joue dans le confiance. (Salarié et manager) et dans notre société, on a tendance à se méfier.  »

    Mes remerciements à jean-Jacques et à son fils

  3. René Cicchetti dit :

    Il semble que la gestion du risque concernant le télétravail ne soit pas toujours la priorité, même dans des cas où elle est fondamentale, c’est à dire où des enjeux à caractère scientifique, économique ou politique sont majeurs.
    Je voudrais citer le cas vécu dans un réseau national, où les agents en poste à l’étranger sensés communiquer uniquement par intranet trouvent plus commode l’utilisation de Whatsapp pour organiser leur réunion régionales (Chine, Vietnam, Malaisie , Singapour, Thailande, etc), n’hésitant pas à se transmettre les détails des ordres du jour et même des pièces annexes relevant de la plus haute confidentialité. Le niveau de conscience semble ici moins développé que les techniques de communication sécurisées.
    Et je ne m’étends pas sur les enfants autorisés à acheter des applications de jeux vidéos sur les comptes professionnels de leurs parents.
    La sécurité du télétravail me paraît dépendre du degré de formation des opérateurs, non seulement sur les techniques mais sur l’état d’esprit nécessaire pour le pratiquer. Il me paraît nécessaire de communiquer aux opérateurs un recensement, des données vitales, des conséquences en cas de violation, des niveau de responsabilité, et des sanctions encourues en cas de négligence .

  4. jean-Claude RUSSIER dit :

    Commentaire reçu par mail
    « Je pense qu’il manque un élément essentiel.
    Pour l instant, légalement, l endroit où travaillent les teletravailleurs est une extension de l entreprise‎ d où la
    Responsabilité de celle-ci relativement aux conditions du teletravail (https://www.juridique-et-droit.com/teletravail-quelle-est-la-responsabilite-de-lemployeur/ ). Cela s arrête à l intrusion dans le domaine personnel, chose peu aisée à estimer parfois.
    Le confinement a dépassé tout ceci par « exception » et le retour à la normale…. pose des questions sur « rester sur la loi initiale » ou l adapter vers + de flexibilité donc moins de responsabilité pour l entreprise. »

    NdR :L’auteur conseille de visiter le site http://www.juridique-et-droit.com et je vous conseille la visite de http://www.tubbydev.com/

  5. Jean-Michel MARINO dit :

    Le mot « télétravail » implique de travailler « à distance » des locaux de l’entreprise, mais pas nécessairement l’utilisation de matériel de transmission sophistiqué. On doit pouvoir trouver des cas où des salariés peuvent faire de l’immatériel et transmettre par courrier postal, ou bien même fabriquer chez eux des objets en petite série dans le cas de PME.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *